15/04/2011

Les séparations!

 

 

Présentement dans ma vie je côtoie vingt et un parents et je n’inclus pas les miens!   Chaque journée de mon quotidien est reliée à eux ou plus précisément à leur progéniture.   J’ai probablement entendu toutes les questions possibles et imaginables de leurs parts mais dernièrement, je l’avoue une de celle-ci m’a surprise un peu :

-Dis moi Véronique, quand je vais partir avec mon fils vas-tu trouver cela difficile ?

 -Comment ça se passe en dedans de toi dans ce temps là?

J’aimerais lui dire que tout sera facile, que je ne pleurerai pas mais en réalité chaque départ est un deuil.   Ces enfants qui ne sont pas les miens mais qui partagent tous les jours de ma vie, ses petits et grands dont je dois m’occuper jour et nuit en maman suppléante, je les aime !

Mais le deuil n’est pas le même que celui de la mort.  C’est une fin en soi certes, mais pour un renouveau merveilleux, le retour du jeune avec sa famille naturelle avec en prime cette impression d’avoir favorisé cette conclusion  en donnant du temps à la maman et au papa dans le bon moment.  

Et puis,  son absence s’habillera de moments précieux qui remontent dans le coeur.   J’entendrai son rire, son cri à l’intérieur de moi.   J’étendrai mes souvenirs comme on étend son linge sur la corde par un jour de bon vent et de soleil radieux.    J’entortillerai ses sourires comme tante Lydia entortillait sa tire dorée. 

 Il y a des enfants qui sont partis de chez moi comme des voleurs, ceux-là font mal aux entrailles mais pour les autres qui quittent pour ce monde qui est le leur, qui vont vers le bonheur, ma tristesse a la couleur d’un lever de soleil….

 

Bonjour mes amis, je suis contente de donner enfin signe de vie

Toute ma tendresse

Véronique xxx

15:11 Écrit par veronique dans Amour, Général | Lien permanent | Commentaires (57) |  Facebook |