22/10/2010

une toute petite pause !

dyn010_original_800_666_jpeg_2607946_2a0b9324f4234cfb8faca9f9d16b342c.jpg

D'abord je tiens à m'excuser auprès de tous ces amis qui laissent de petits commentaires auxquels je ne réponds même pas.  Je vous lis tous chacun et chacune entre deux tâches, à toute vitesse mais je prends le temps de vous lire.   Je me dois de prendre une petite pause de blog, car actuellement ma vie file à une vitesse qui me tient bien loin de ce précieux blog.  Mon petit nouveau m'occupe beaucoup, ma maison est pleine à craquer et c'est une période de rencontres pour des plans de services et des plans d'interventions.   De ce temps-ci, je vois s'accumuler souvent une montagne de vêtements à laver qui souvent dépasse la hauteur du sèche-linge!   Donc, je dois encore une fois vous négliger, pas que je n'ai pas de choses à vous raconter si vous voyiez tout ce que je vis présentement vous n'en reviendriez pas.   Alors je vous embrasse, je vous remercie pour votre attention et vous promets de revenir glisser mes mots ici sous peu....

 

avec tendresse xxxxxxxxx

14:57 Écrit par veronique | Lien permanent | Commentaires (51) |  Facebook |

04/10/2010

Un brin d'automne...

Depuis des jours, j'essaie désespérément de rassembler mes mots pour écrire des textes mais ceux-ci me fuient tout comme mes heures de sommeil.  Depuis que  monsieur Tom pouce m’est arrivé, je m’adapte à ses humeurs qui sombrent plus qu’elles ne reluisent.  Même si l'envie de fuguer  me tenaille, je m’accroche  à son temps en me disant que le ciel finira par se dégager.    Dehors c’est l’œuvre d’art de l’automne…toutes ses couleurs qui s’affichent par ma fenêtre me donnent envie de sortir mais monsieur Tom pouce a peur de l’extérieur et mes tentatives finissent par un nez tout gommé et un petit homme roulé en boule en pleine crise de nerfs.    J’aimerais tant qu’il voie ces jolis paysages, qu’il apprécie notre douceur de vivre.   Mon conjoint tendrement me glisse à l’oreille: tu sais ce que ta mère dit toujours... " tout vient à point à qui sait attendre", laisse-lui le temps, il a besoin de temps.   Entre deux de ses coups de pied, je me sens fébrile… En ma mémoire une autre fin de semaine reste à ranger dans un tiroir, un week-end rempli de temps difficile et d’aucune sortie.  Cela me déçoit, je me sens triste.   Puis sans que personne ne l’ait commandé  il s’approche et m’embrasse la joue !  Son premier baiser...

 un flot de tendresse m’ inonde le cœur et ce souvenir s’insère dans la chaleur de mon âme…il ne reste qu’à attendre après tout!