10/08/2009

Presque à la case départ!

 

La mère d’accueil que je suis était devenue  toute fière de sa fée des douceurs.    Il y avait tant de travail de fait sur ses comportements à changer.    À force de nous voir faire, de nous entendre intervenir, elle  avait compris le principe de changer.    Sans compter que depuis son arrivée, il y a déjà deux ans…  je lui expliquais régulièrement les gains de modifier ses comportements dérangeants, ce n’était pas d’hier que nous nous sommes acharnés pour y arriver !  Nous n'entendions que du positif sur sa nouvelle façon d’être...  Puis, nous avons parlé avec ses parents de vacances d’été, de plus d’intégration dans sa famille naturelle….le rêve de tout  parent !  

L’augmentation des visites étant donc de tous les weekends au lieu de un sur deux et de deux semaines de vacances avec eux entrecoupées d’une pause de deux jours ici.   Après un mois,  je me suis rendu compte d’un  changement.  J’ai vite vu qu’elle régressait, elle recommençait à être accaparante, à douter d’elle, à poser des questions dont elle savait les réponses, elle  n’arrivait plus à tenir sa chambre propre ni à garder des relations saines avec les autres.   Elle revenait au mode de son arrivée, à ne vivre que pour un congé chez elle et entre temps elle ripostait, répliquait et se mêlait de tout sauf de ses affaires.  Elle se montrait en deuil lors de son retour ici et avec plus  aucun but mis à  part d’attendre la prochaine sortie chez ses parents.   Elle arborait même une tristesse lourde,  verbalisant préférer être chez ses parents ou selon elle, elle pouvait tout faire, être plus libre ou tout était plus facile !

Du coup, j’ai repensé à  tout le temps que cela avait pris pour qu’elle apporte des changements, pour améliorer ses comportements et je me suis découragée !   Recommencer presque à la case départ, tout ça pour un peu plus de temps en famille naturelle.  Encore une nouvelle fois à appliquer des tonnes d’interventions, des rappels, des pertes de privilèges, entendre des répliques et des larmes et ne pas broncher, abdiquer, se montrer constante, patiente…..encore et encore pendant un temps illimité.   Voilà ce que je devais vivre pour une troisième fois.  Car l’essai avait été tenté l’an passé et le résultat était le même !    Mais cette année je trouve cela encore plus difficile, ma fée des douceurs me connait de plus en plus et elle se montre encore plus réfractaire, opposante à mon autorité.    Jusqu’où cela nous mènera? Retrouvera-t-elle l'autonomie qu’elle avait en juin?  Toute une lourdeur à trainer pour moi, pour sa famille et son intervenante….reliés à  l’échec, au recommencement, aux difficultés mais surtout dus au  questionnement.   Pourquoi elle n'arrive pas à maintenir ses acquis lorsqu'elle va davantage chez elle ?  Je pense sincèrement que c'est de la faute de personne .... même elle ne le fait pas volontairement.  C'est sa différence, sa déficience, sa façon d'interpréter son milieu, sa réalité qui est en cause.    Je ne doute pas de la bonne volonté de tout son entourage qui est tout comme moi, tout comme elle bien décu.

 

 Voilà quelques semaines que nous l’encourageons plus sérieusement à travailler son  mode de fonctionnement.  Des semaines où elle verbalise ses difficultés vingt fois par jour….ou pas une seule journée ne se passe sans ses larmes qui coulent, car elle  même est consciente de ce qu’elle  a perdu.   Elle sait tous les efforts que cela a pris pour y arriver et elle se décourage,  elle  questionne sans arrêt, pourquoi je ne suis pas comme ma sœur ? Pourquoi je perds tous mes acquis ? Pourquoi je suis comme ça ? Vais-je retrouver mes bonnes habitudes ?  D’où ça vient ma maladie ?  Je me hais assez quand je vois que j’ai encore tout perdu !  Et me voilà qui l’encourage mettant de côté mes propres peurs et questionnements.  Je l’écoute, la soutiens et je ne laisse rien passer pour que l’on puisse y arriver.  

Je  persiste à croire que tant que nous lui offrirons un cocon équilibré empreint d’amour et de respect, elle continuera à percevoir que nous ne voulons que son bien-être.  Je persiste à croire que dans ces conditions elle s’épanouira et retrouvera ses acquis. Je refuse d’envisager un avenir fait de querelles et de disputes, ce qu’elle connaissait avant son arrivée chez moi.  Alors je me bats au présent pour cet  idéal. Je prends en main le cours des disciplines. Je l’écoute et je médite. Je sais que l’on traverse une étape difficile, j’ai confiance en ces instincts maternels qui guident mes choix depuis de nombreuses années.

Je n’aime pas me faire d’acier pour ne point plier sous ses charmes et caprices. Je reste un acier souple empreint d’amour et de soutien. Je n’aime pas cette sensation de rigidité qui vient avec la discipline que l’on doit instaurer. Je n’aime pas mais je le dois. Alors je reprends les pratiques de ma main de fer en mon gant de velours. Je cultive mes patiences.  J’échange avec son intervenante et celle qui est responsable de ma famille d’accueil pour me sentir moins seule, pour passer mes colères et mes frustrations.   Car c’est très frustrant de voir anéantir un travail d’une année en quelques semaines….

Je continue de beaucoup lui parler, je continue de lui expliquer toutes sortes de choses, et pour ne pas perdre pied, je hausse le ton. Puis après, doucement, je lui explique pourquoi ce n’est pas permis, pas bien.  Elle ne fait plus de crise, elle est plutôt du style bouderie….et avec un sourire et le cœur bien découragé elle me dit :

" au moins maintenant je ne fais plus de crise hein?  Je vais y arriver hein? Dis-moi que je vais y arriver….."

 

 

 

16:46 Écrit par veronique dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

La vie et ses combats Il n'y a pas d'échecs ou de punitions dans la vie seulement des coincidences qui se rattachent face a nos vécus qui nous permettent de maturé.Elle est un long fleuve remplit d'embuches.Souvent il faut faire plusieurs pas en arriere pour pouvoir aller plus loin devant.

Personne ne sait vraiment ce qu'il y a dans la tete d'une autre personne ses craintes,ses angoisses et son axiété.Pour ses etres il faut un guide un capitaine pour mener le bateau a bon port et meme lui doit faire face a des tempetes a l'occasion.Elle retient des lecons de vie mais a son rythme dois commettre des erreurs pour se rendre compte que tout n'est pas si moche pour elle.Le monde pour elle a deux facades celui vécu chez toi et l'autre a l'extérieur qui pour elle dans sa tete est son monde son foyer.

Elle agit peut-etre ainsi pour attirer l'attention de ses parents plus vers elle et se rend pas compte des méfaits que cela lui cause.Je crois que malgré tout ca un jour elle sera quelqu'un de tres bien et tout tes efforts seront récompensé.Faut laisser le temps au temps de faire son oeuvre.

Affectueusement...xxxx

Écrit par : Daniel...xxx | 10/08/2009

Les commentaires sont fermés.