06/08/2009

apprendre à pédaler....

Deux jours de ménage….deux jours intensifs de ménage.  J’ai littéralement tout frotté  de ma cuisine, repeint une porte et  refait les coulis de mes  trois salles de bains.   Pourquoi ? J’avais cette envie d’oublier ma déception face à moi-même en frottant .   Oui oui ma déception, il m’arrive parfois de  me dégoûter face à mes comportements rigides et inacceptables et les trois quarts du temps c’est à mes enfants que je l’impose! 

 Mon petit trésor, mon fils a eu six ans en juin.  Déjà six belles années dans son cahier d’expérience de vie.   Une vie bien différente de ses copains où il est entouré de personnes handicapées,   où il se doit de partager vingt quatre heures sur vingt quatre sa maman, où il se doit de trouver du temps pour lui, pour nous au travers de cette vie fort occupée.    

Pour cette fin de saison, nous avons décidé de régler un grand problème de l’été….apprendre à faire du vélo à deux roues comme ses amis !   C’est donc sous une pluie de conseils, de supports et de trucs que nous essayons et essayons et réessayons mais rien n’y fait !  Il a peur de tomber, rechigne que sur le sable de mon entrée c’est trop difficile, impossible et compliqué.   Il montre plusieurs signes de faiblesses, de découragement et de doute de soi.  Je compense donc en l’encourageant, le supportant et en étant tout simplement là,  à le regarder essayer et échouer.  

Puis un soir, je cède à ses répliques …j’embarque le petit vélo et l’amène sur la cour d’une école publique asphaltée et parfaite pour réussir.  Bien que je trouve fascinant ce processus parce qu’il me permet d’apprendre à connaitre mon rejeton face aux difficultés, je constate qu’il se laisse abattre facilement, qu’il ne m’écoute pas et cela me dérange et me choque.    Mon ton augmente, ma voix devient rigide et mes paroles de plus en plus dures.  On a tant d’influence sur ces petits que l’on élève, il faut en avoir conscience et ne pas en abuser mais toutes mes bonnes paroles petit à petit deviennent médiocres et malsaines.   Je m’entends lui dire : «  tu te décourages pour rien…allez pousse, pousse, fais donc des efforts,  cesse de niaiser et répliquer et bouge-toi! »

Il poursuit ses essais et accumule les échecs,  il est au bord des larmes et je suis presque au bord de la crise de nerf !    Je perds de plus en plus patience,  puis j’entends un  "ALLO !" lancé bien fort pour attirer mon attention.   Je lève les yeux et je vois la mère d’un petit garçon qui vient en répit  chez moi un weekend  par mois.  Ainsi, elle peut  se reposer  deux petites journées et reprendre le flambeau de  son quotidien  qui est loin d’être facile car ce petit ne marche pas, ne parle pas, démontre une déficience assez  lourde et des troubles de comportements à l’école.

Elle est donc là, devant moi et  elle affiche un beau sourire, sa voix est toute calme et elle me demande si ça va ...  Je réponds à brûle pour point que non ça ne va pas, que de pédaler sur deux roues c’est loin d’être évident pour mon trésor !   Doucement, elle se tourne et  le regarde droit dans les yeux,  lui offrant  un magnifique sourire et le visage sombre de mon fils se transforme en rayon de soleil. 

 - J’aimerais bien moi retourner dans  ce temps-là…ou avoir la chance de montrer cela ! 

  Ses paroles tombent lourdement à l’intérieur de moi.  Ma rage se transforme du coup en souffrance….comme je suis chanceuse de pouvoir apprendre cela à mon fils…puis elle se retourne, m’indique qu’elle travaille à cette école et que chaque jour elle fait le trajet à pied pour se relaxer et prendre l’air.   Elle  nous souhaite une belle soirée et quitte.

  Silence pensif de la mère que je suis et qui n’avait pas considéré sa chance… culpabilité face à ma façon d’être.   Il me regarde et me sourit

-  je deviendrai  bon maman je te le promets!  

- Tu es déjà bien bon mon garçon pour essayer sans arrêt,  m’écouter ordonner et continuer encore et encore! 

   Il met son vélo par terre et vient m’entourer de ses petits bras en m’embrassant.

   Être parent, c’est grandir au contact de l’enfant qui transforme notre présent.  C’est accepter ses différences et  prendre le temps de voir grandir celui-ci à son rythme.

Je suis une mère très chanceuse d’avoir un fils comme le mien.  Elle est une mère bien courageuse….

 Après cet événement, je vous jure que j’ai relâché la bride et que je me suis montrer patiente, aimante et encourageante….félicitant chaque coup de pédale de plus, lui démontrant comme il l’avait presque eu, comme il avait bien donné le coup d’envoi et un bon après midi il a réussi !

Voila!

Elle m’a donné toute une leçon de vie et une juste raison pour relâcher quelques onces de sévérité et entourer mon enfant d’un amour sans faille…..

Merci !

15:34 Écrit par veronique dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Patience et persévérence Eh!!!!Oui il faut de la patience pour montrer a un enfant quelques efforts a faire bien souvent surtout dans le cas d'apprendre a faire du vélo.On a tous apprit a peu pres de la meme facon.En persévérant et bien souvent nous aussi sous l'impatience de nos parents.Quel joie lorsque nous avons réussit cette exploit et le regard de nos parents qui eux se disaient enfin apres tant d'impatience c'est fait il a apprit.

C'est bien vrai qu'on ne réalise pas toujours la chance que l'on a face a nos enfants.De pouvoir leur montrer les guider et les voir évoluer.C'est le cas pour bien des parents qui sont au prise avec un enfant handicapé et bien souvent leur unique enfant.Ils ne connaitront jamais ses joies ,ses privileges le moment ou le coeur bat d'émotion quand ils réussissent.Je compatise avec eux car moi aussi j'ai eu cette chance..

Tu dis qu'il y a pas de hasard seulement que des rendez-vous.Cette fois-ci le rendez-vous était celui d'une mere émerveillé devant l'effort de Trystan mais une lecon de vie face a toi.Pas une mauvaise lecon bien au contraire mais de reconnaitre en soi cet émerveillement de partager un moment de vie avec son fils un moment innoubliable qu'eux ne connaitront jamais...

Bravo!!!au petit champion dans sa réussite.
Affectueusement ....xxxxx

Écrit par : Daniel...xxx | 06/08/2009

Bonjour Veronique Merci de ton passage sur mon blog.. C'est vrai que parfois les autres nous apportent quelques petites leçons de vie.. On les voit ou on ne veut pas les voir. mais quand tu t'en aperçois, cela te fait du bien même si cela peut faire mal... Courage, je suis sur que ton enfant ne te trouve pas si sévère.... Bizzzzz

Écrit par : Jicé | 09/08/2009

Les commentaires sont fermés.