05/06/2009

MONSIEUR X

Avant de me décider à devenir famille d’accueil entièrement j’ai débuté cette merveilleuse aventure par l’intégration de deux personnes.  Cela me permit de voir si j’aimais vraiment le concept de  gens à la maison 24 heures sur 24.   J’ai donc pris un poste à temps partiel comme éducatrice spécialisée  à ma commission scolaire  dans une école primaire en psycho-pathologie.     Je ne travaillais point pour le salaire,  mais davantage pour garder des liens sociaux avec des gens de l’extérieur.   J’avais encore besoin,  dans cette période de ma vie, de côtoyer  quotidiennement des gens du monde professionnel.   Chaque période de pause était un moment privilégié pour échanger avec des enseignants, des éducateurs et toute une panoplie de personnel relié a mon école.   J’adorais cela!

Un midi, je me suis retrouvée avec ma collègue éducatrice qui connaissait tout de ma vie et trois enseignants.    Aucun des trois ne me connaissaient personnellement, ils ne savaient rien de ma vie personnelle.    Un des trois commença à déblatérer sur les comportements d’une des jeunes filles qu’il avait dans sa classe.   La conversation était animée et lentement elle glissa sur le fait que cette jeune était en famille d’accueil.   L’enseignant décrivait la famille d’accueil comme des gens qui voulaient faire des sous et qui n’avaient aucunement envie d’aider cette jeune fille.   Je me souviens du trouble qui s’installa en moi et du moment où j’ai pris parole.   Je lui dis d’abord qu’une famille d’accueil doit correspondre à certaines normes, qu’ils sont surveillés, qu’ils ont des comptes à rendre et que pour vivre toujours avec des jeunes en difficultés il faut avoir en soi un besoin d’aider et je lui ai demandé s’il savait combien était payée une famille d’accueil !

  Il me répondit du tac au tac que toutes les familles d’accueil n’avaient qu’une envie et c’était de faire de l’argent!  Ma collègue s’en mêla, sachant que j’étais UNE famille d’accueil,  elle essaya d’arranger le discours du monsieur, de nuancer ses dires….Nous marchions dans une vase de plus en plus gluante…je n’avais qu’une envie et c’était de faire valser ce monsieur la face première  dans la boue pour ainsi recouvrir son intolérance et son jugement inapproprié, mais je choisis de  taire ce que j’étais lorsque je rentrais chez moi.

Je lui dis tout de même qu’il avait une tendance à mettre tout le monde dans le même bateau et qu’à ce rythme il risquait de le voir tanguer et lui de rouler sur le dos sur les  fortes vagues qu’il causait.   Il me foudroya d’un regard écorchant et ajouta que depuis qu’il enseignait il en avait vu et revu et qu’il savait ce qu’il disait!

Apres la sonnerie du retour en classe ma collègue s’excusa pour ce monsieur le professeur, elle semblait gênée et troublée par l’événement …je lui dis seulement : ce n’est pas grave parfois la vie amène des leçons, il finira sûrement comme ses élèves et il en recevra une un jour !

Vers la fin de l’année,  l’école organisait des activités à l’extérieur pour les jeunes, un semblant de fête foraine et comme tous les ans,  il manquait d’aidants pour ce jour.   J’ai donc inscrit mes deux personnes que j’avais en famille d’accueil pour aider.    Je savais qu’ils le pouvaient et qu’ils seraient sûrement heureux de vivre cela en ma compagnie.   Le contact des jeunes serait bénéfique pour eux.  

Ce matin-là, je suis passée voir avec quelle classe j’étais jumelée et je découvris que mes deux protégés passeraient la journée avec monsieur X le professeur à l’idée préconçue….j’avoue que j’ai d’abord essayé de faire changer cela ! Comme c’était impossible,  j’ai finalement échangé avec une collègue pour passer la journée avec monsieur X et mes deux protégés.   Je soupirais à l’avance devant LA journée à passer ….


Je pense qu'il est important de respecter le fait que nous sommes différents.   En nos différences résident nos richesses humaines. Aussi, tant que la personne  n'est pas affectée de carences émotionnelles qui le feront souffrir pour le restant de ses jours, l'on peut bien devenir ce qu'il nous plait d'être... Si la personne fut blessée et marquée le défi sera alors triplé mais il reste toujours un possible, une possibilité de se réaliser mais il n'existe aucun moyen d’effacer le passé, il faut apprendre à vivre avec. 

Monsieur X en voyant son équipe fit la grimace, j’en déduis aujourd’hui que c’est en me voyant qu’il se dérida !  La journée débuta avec des consignes claires de sa part et sans aucun échange.   C’est vers le  midi qu’il échangea  davantage avec mes protégés, il ne savait pas qu’ils étaient en famille d’accueil chez moi.  Il parla de leurs différences, de leurs difficultés, la plus  jeune de mes protégés parlait de s’accrocher d’abord à  une branche. Puis d’apprendre à y grimper. Atteindre des paliers mais un à la fois. De s’y  reposer s’il le fallait. De prendre du temps pour soi. De retrouver son souffle  quand c’était difficile. De respirer. De se donner le droit d'exister. D’ajuster les normes du réel à sa propre personnalité. De suspendre son existence aux ailes de ses rêves, de ses espoir...monsieur  X semblait submergé.  Il était si ébloui par elle qu’il vint me dire qu’il trouvait cette jeune incroyable.  Il ajouta que  ca ne devait pas être facile pour ses parents tous les jours….qu’ une jeune comme ça avec une déficience physique et intellectuelle ça demande des soins particuliers, une aide psychologique quotidienne.  Il dit : imagine si elle raconte tout ça tout l’effort qu’a mis sa mère pour qu’elle arrive à croire en ses rêves, en elle!

D’une voix douce, je lui dis que le temps que je passe avec elle lui est totalement consacré. Que dans ce temps-là, je ne pense plus qu'à elle. Je m'oublie partiellement. Ses besoins deviennent les miens. Je m'intéresse à son individualité. Je tente de me mettre à sa place pour bien comprendre ses limites et ne pas les outrepasser.  Je lui permets de s’exprimer clairement, de prendre position de dire ses émotions.   Cela m’aide à mieux comprendre ce qui se passe dans sa tête.   Et je le répète au gré du nombre de personnes qui vivent dans ma maison.  Je me permets aussi de prendre du recul, de la forcer à me laisser du temps pour moi, de lui montrer l’indépendance, la débrouillardise…tout ça souvent expliqué par des comparaisons imagées pour que cela soit plus facile à comprendre. 

Je lui ai ajouté que sa maman était  un être exceptionnel qui l’a amenée sous son toit aussi loin qu’elle le pouvait mais qu'un jour elle eut besoin d’une famille d’accueil pour poursuivre le travail fort bien amorcé….

Je lui dis : "tu sais monsieur X pourquoi je suis famille d’accueil?

Je vais te le dire,  c’est qu’au fin fond de moi-même j’aime bien ces individus qui me stabilisent l’être et me ramènent à l’essentiel!"

Et en son milieu, dans une cour d’école où il  émergeait d'une brume épaisse, il accosta enfin…

Ainsi parfois se font les leçons!

16:56 Écrit par veronique dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

ancien commentaire 21-05-2009 Publié
Bravo!

Posté par "Rose" Sur le billet Monsieur X
» Voir tous les commentaires

19-05-2009 Salut Publié
Une lecon de vie comme c'est tellement bien exprimé.Tu sais chaque etre a droit a sa place mais y en a qui abuse de leur pouvoir et d'autre qui n'ont point de respect pour autrui.Les gens on la facheuse manie de tout généraliser de tout mettre dans le meme bateau et ne prenne pas le temps de voir autour d'eux..De voir qu'il y a des personnes qui ont un coeur immensément riche en amour pour le partager avec d'autres qui eux en sont en manque.Le probleme de ses personnes c'est que souvent elles sont prétentieuses et aveugles et que des etres d'une classe a part valent pas mieux les uns que les autres.

Mais voila...Avec toi dans ce monde et l'amour que tu leurs apportent ils verront demain sous un autre jour et avec amour.Pour des lecons de vie je crois que tu va encore en donné a d'autre dans le futur et sous ton toit ils seront toujours les enfants de demain qui ont le droit d'etre aimé eux aussi...

Affectueusement et merci pour...pour ce que tu es et leurs apportent....xxxxxxxxxx



Posté par "Daniel.G"

Écrit par : veronique | 05/06/2009

Les commentaires sont fermés.